WE cloison autoporteuse!

Le we passé, on s’est occupé des semelles filantes, place à l’installation des cloisons autoporteuses. Pour rappel, il s’agit de cloison en bois, lamelé-croisé, de 6cm d’épaisseur sur 3m (et des poussières) de haut et de 1,7m de longueur environ. Poids de la paroi, entre 146 et 177 kg chacune. J’en ai 5 à monter sur la semelle filante, qui viendront soutenir les poutres existantes d’un coté, et les poutres en I pour faire l’étage (d’ici fin du mois).

Bref, la difficulté de ce we, c’est de réussir à positionner une planche de bois de 160kg environ, de 4,5m2, droite, en friction avec les poutres du haut, sur un sol qui a été remis à plat (avec sa lisse basse), mais dont les poutres ne sont jamais à la même distance du sol. Et le tout seul (oui, vous avez bien lu, seul!). Et bien je suis assez fier, car j’y suis arrivé! Et pour cela, rien de tel que de se replonger dans ses cours de physique et de mathématique. Car oui, vous savez, cette physique, ou on nous emm*** avec le moments d’une force, les bras de levier, etc… Et bien cela m’a été vachement utile!!

Mais on commence par prendre les mesures, on reporte sur la cloison, on trace et on découpe, en restant le plus droit possible…

!

Pas comme sur cette photo… !!

Le souci, c’est que couper droit, avec une scie sabre, c’est pas gagné… Une scie circulaire, c’est mort pour faire une encoche (et la mienne ne permet que de découper jusqu’à 5,5 cm…).

Et la scie égoine, c’est parfait pour les cotés, mais même soucis que pour la circulaire par la suite… Conclusion je fini à la râpe à bois…

 

Puis il vient le temps du levage. Pour cela, je positionne un palan entre 2 poutres, sur-elevé, à l’emplacement d’où va devoir être ma cloison, je fixe 1-2 support(s) sur le bois, et je monte le tout (oui, je sais, les préco du plan disent qu’il faut lever droit et pas en biais… Mais a un moment, faut avancer… Et cela fonctionne très bien!). Pensez à bien sangler la poutre du palan, pour éviter les retournements…

On tire, en s’assurant que la paroi se place là où l’on veut qu’elle se place…

Dans mon cas, le palan de 3m ne me permettait pas de venir immédiatement le fixer sur la cloison. Donc obliger de mettre des sangles, monter au maximum, reprendre les charges à mi-hauteur, pour ensuite se refixer directement… Mais cela fonctionne bien!

Une fois la cloison levée, il reste à la fixer (dans les lisses les fixations se font en vis de 6×80 ou 6×100). Pour assurer le coup, je rajoute une équerre de charpentier de chaque coté de la poutre. J’ai également vissé 2 vis de 100 entre la cloison et la poutre.

Et une fois fini, voilà ce que cela donne. J’ai monté 3 cloisons (bon, j’ai commencé tard ce matin, et fait une longue pause à midi, j’aurais pu en posé un 4ème, je pense).

 

Bref, je suis assez fier du résultat obtenu. Cela change immédiatement. Cela fait propre, et je pense que cela remplira sans souci sa fonction de reprise de charge.

Mercredi, je ne serais pas sur le chantier, RDV donc jeudi, pour finir de poser les 2 dernières cloisons, et commencer à faire le trou pour la semelle des poteurs de la nouvelle poutre. Et normalement vendredi je tombe les poutres!

 

1 commentaire

  1. Rien depuis mi aout ! Olivier tu va etre en retard, te reste 6 mois pour finir la maison ^^
    Ps : on m’informe que ce serait juste le blog qui aurait pris un sacré retard, ca mérite un article énorme ça ^^

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.